h1

Question de Mathieu Gasperment (L2)

27 décembre 2008

M.G. : Suite aux deux derniers cours portant sur Hegel, je ne saisis toujours pas le rapport de Hegel au temps. Pourriez-vous éclairer ma lanterne ?

C.L. : Je vous réponds d’abord le plus directement possible, en faisant du pseudo-Hegel. Puis je rapporte quelques citations de Hegel que je trouve assez explicites. Il faudrait les commenter, mais justement le temps me manque.

1/ Vous ne serez pas étonné si je distingue trois aspects pour exposer le contenu de ce concept.

1. Le temps, c’est d’abord ce dont une montre donne une bonne représentation: la production indéfinie d’instants. Ces instants sont à la fois tous semblables (parce qu’égaux à n’importe quelle unité arbitraire) et tous différents, leur caractéristique fondamentale étant d’être rangés les uns après les autres.

2. En tant que succession, cette production indéfinie implique que chaque instant se manifeste comme la négation du précédent. Le temps, c’est cette négation même : la manifestation concrète du caractère fini de toute chose existante, qui va nécessairement périr.

3. Que toutes les choses périssent, cela, en tout cas, ne périt pas. De même, en tant que production immédiatement niée, chaque instant est identique à tous les autres. Et cette caractéristique même est universelle. De ce point de vue, le temps, comme puissance de destruction et de production universelles, n’est pas temporel, mais éternel.

Si on s’intéresse à ce qui est effectivement produit au fil de ces instants, on peut distinguer différentes déterminations. La thèse principale de Hegel est que ces déterminations sont organisées de façon rationnelle (ou que la Raison est cette organisation de déterminations).

Cette organisation peut être décrite d’une manière purement abstraite, comme en dehors du temps, parce que les relations conceptuelles qui la constituent sont éternelles, et ne sont pas soumises au temps. Mais une telle présentation abstraite ne rendrait pas compte de la manière dont l’organisation concerne effectivement les choses de la nature. Seule une exposition saurait en rendre compte. Or ce travail même prend du temps, pour la conscience individuelle, comme pour les collectivités humaines. Il consiste à rendre manifeste dans le temps, dans l’histoire, la structure conceptuelle éternelle qui n’est pas temporelle. Que ce travail soit effectué, n’est pas quelque chose qui est laissé au libre choix individuel. Au contraire, les individus prennent des décisions, connaissent échecs et succès relativement à cette effectuation nécessaire. L’ensemble infini de déterminations logiquement structuré qu’est la raison se manifeste dans l’histoire. Aussi Hegel peut-il écrire dans la Phénoménologie de l’esprit: « Le temps est le concept même qui est là« , c’est-à-dire qui existe.

D’autres citations qui vous aideront peut-être :

Le temps n’est pas, pour ainsi dire, un réceptacle dans lequel tout est placé comme dans un courant qui s’écoule et par lequel [tout] est emporté et englouti. Le temps est seulement cette abstraction de l’activité consumante. C’est parce que les choses sont finies qu’elles sont dans le temps, ce n’est pas parce qu’elles sont dans le temps qu’elles vont à leur perte ; mais les choses elles-mêmes sont ce qui est temporel, être telles est leur détermination objective. Le procès des choses effectives elles-mêmes fait ainsi le temps ; et si le temps est désigné comme ce qu’il y a de plus puissant, il est aussi ce qu’il y a de plus impuissant. Le maintenant a un droit inouï, – rien n’est sinon le maintenant singulier ; mais cet être exclusif qui se pavane est dissous, liquéfié, pulvérisé, pendant que je l’énonce ». (HEGEL, Encyclopédie des sciences philosophiques, II La Philosophie de la Nature (1827/1830), Addition au §258, traduction de B. Bourgeois, Vrin, p. 361)

« Ce n’est pas dans le temps que tout naît et disparaît, mais le temps lui-même est ce devenir, ce naître et ce disparaître, l’abstraire sous la forme de l’être, le Chronos qui engendre tout et détruit les créatures qu’il a engendrées ». (Hegel associe Chronos (le temps) et Kronos (père de Zeus), comme il était courant de le faire dès l’Antiquité). (HEGEL, Encyclopédie des sciences philosophiques, II La Philosophie de la Nature (1827/1830), §258, traduction de B. Bourgeois, Vrin, p. 198)

« (…) le fini est ce qui a comme sa détermination et nature de passer, de ne pas être, de sorte que celui-ci ne peut absolument pas être pensé, représenté, sans la détermination du non-être, qui se trouve dans le trépas. Quiconque est, est parvenu assez loin pour dire : le fini passe. Si l’on glisse le maintenant entre le fini et son trépas, et que l’on donne par là une halte à l’être : le fini passe, mais maintenant il est, alors ce maintenant est lui-même tel que non seulement il passe mais il est même passé, en tant qu’il est : maintenant, en tant que j’ai cette conscience du maintenant, en tant que je l’énonce, il n’est plus, mais il est un autre. – Il dure également, mais non comme cet instant-ci, et maintenant n’a que le sens de ceci, dans cet instant – sans longueur – celui de n’être qu’un point ; – il dure justement comme négation de ce maintenant-ci, négation du fini, – par là comme infini, comme universel »  (HEGEL, Leçons sur les preuves de l’existence de Dieu, Troisième Leçon, Aubier, p. 146)

Publicités

2 commentaires

  1. Merci pour ces informations et pour votre réponse qui me fait sortir tout doucement de l’obscurité.
    Juste une autre question, pour la forme (ou l’idee):
    Pour Hegel y-a-il une différence entre le temps de notre conscience (intime)et le temps qui rentre dans le système que vous nous avez dévoilé? Un temps en nous versus un temps qui peut se déployer en dehors de nous.
    Merci par avance.
    Bonne et heureuse année 2009.
    Bien à vous Mathieu


  2. Bonne année à vous aussi.

    Vous devez vous dire que dès que vous serez tenté de formuler une opposition (par exemple celle entre le temps de la conscience et le temps de l’ensemble du système), celle-ci est à la fois LEGITIME et SURMONTABLE. Accéder à ce surpassement, c’est accéder à davantage de vérité.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :